Archivi tag: traducteurs consciencieux

Pour un traducteur, il n’est de bon auteur que mort

La Revue des Ressources, 4 mai 2004

Un soir, à la suite d’un débat public, une dame s’est présentée : “ Jeanne Etoré, traductrice d’allemand ”, et a déclaré : “ Je préfère traduire des textes courts, car à la 250ème page d’un roman, j’ai envie d’égorger l’auteur ; et si par malheur il est vivant, s’il s’imagine connaître la langue française et se mêle d’intervenir dans mon travail, j’ai encore plus envie de le tuer ! ” Ainsi, je n’étais pas la seule à ressentir des pulsions de meurtre, me suis-je dit, reconnaissante et soulagée. Puisque j’étais en bonne compagnie, j’allais enfin pouvoir parler franchement de mon expérience bicéphale de romancière-traductrice.

J’ai passé deux ans de ma vie au service (aux sévices ?) d’un auteur hongrois si contemporain qu’il en est vivant : Péter Esterházy. Bien que très éloigné de mon moi d’auteur dans son style et ses thèmes, au cours de cette longue fréquentation, il m’est entré dans l’esprit et s’y est incrusté de façon fort inopportune. J’ai mis longtemps à exorciser cette “ possession ” littéraire. Et depuis que j’en ai fini avec celui-là, j’ai toujours veillé à ce que mon auteur soit mort, ou que son texte soit court. Je ne m’en porte que mieux.

Continua la lettura di Pour un traducteur, il n’est de bon auteur que mort